Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Lettre bimensuelle n° 66 (1-15 Octobre 2011)


Format PDF

Les allèles HLA contre le SIDA

Les lymphocytes T CD8+ (LTCD8+) jouent un rôle essentiel dans le contrôle de l’infection. Ce contrôle dépend de variants du HLA1, élément du système immunitaire2. Les non progresseurs, ce qui ne développent pas la maladie à long terme, possèdent certains de ces variants (les allèles HLA-B*27 et HLA-B*57) qui leur permettent de maintenir une charge virale très basse sans traitement3. On sait depuis plusieurs années que les molécules HLA contrôlent la réponse immunitaire cytotoxique contre les cellules infectées. Les cellules ayant été au contact du virus portent à leur surface une combinaison particulière de molécules HLA, capables de se lier à des fragments de protéines virales. Cela active les LTCD8+ qui sont alors capables de reconnaître et de détruire les cellules infectées.
Cependant, d’autres lymphocytes, les cellules T régulatrices (Tregs), peuvent bloquer la prolifération ou la fonction des LTCD8+. Des chercheurs de Seattle se sont demandés si les allèles HLA-B*27 et HLA-B*57 peuvent également agir sur les Tregs.
Comment les Tregs sont-ils activés ? Les Tregs affaiblissent la réponse immunitaire lorsque que la molécule Gal9 présente à leur surface se fixe à l’inhibiteur Tim3 présent à la surface des LTCD8+. Ainsi, lors d’infections chroniques, les Tregs ralentissent la prolifération des LTCD8+  anti-VIH via des interactions Tim3-Gal94.

tregs affaiblissent moins les ltcd8 HLAB57 ou B27

Ce qui est nouveau, c’est que les chercheurs de Seattle ont remarqué que seuls les allèles HLA-B*27 et HLA-B*57 du HLA  affaiblissent les Tregs. Ils ont montré que les LTCD8+ exprimant HLA-B*27 ou HLA-B*57 ne sont pas touchés par cette inhibition et peuvent donc continuer à proliférer et à détruire les cellules cibles infectées. Ceci pourrait alors expliquer le comportement des non-progresseurs.
De plus, une récente étude a montré que ces LTCD8+, porteurs de HLA-B*27 ou HLA-B*57, produisent plus de granzymes B, un « poison » capable de provoquer la mort d’une cellule cible. Ces chercheurs ont montré que ces cellules pouvaient détruire les Tregs via les granzymes B. Ainsi, elles ne peuvent plus empêcher les LTCD8+ d’agir sur les cellules infectées.   
Ils ont enfin montré que  les LTCD8+ qui expriment moins de Tim3 et plus de granzymes B, sont les moins vulnérables face aux Tregs. Ils ignorent toutefois comment les allèles HLA-B*27 et HLA-B*57 déclenchent ces mécanismes protecteurs.
Cette étude pourrait faciliter le développement de traitements permettant le contrôle du virus chez les personnes chroniquement infectées5.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Protective HIV-specific CD8+ T cells evade Treg cell suppression. Elahi S, Dinges WL, Lejarcegui N, Laing KJ, Collier AC, Koelle DM, McElrath MJ, Horton H. Nat Med. 2011 Jul 17;17(8):989-95.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Références :

1 Pour Human Leucocyte Antigen.
2 En effet, la réponse immunitaire déclenche une réponse cytotoxique contrôlant l’infection virale via la reconnaissance de peptides viraux que l’on trouve associés  à des molécules présentes sur les cellules-hôtes (molécules HLA chez l’homme). Ces molécules de la famille HLA sont très variées, de sorte que chaque sujet possède sa propre combinaison.
3 Voir lettres SIDABLOG n° 40 et 43.
4 The Tim-3 ligand galectin-9 negatively regulates T helper type 1 immunity. Zhu C and col. Nat Immunol. 2005 Dec;6(12):1245-52.
5 Les allèles HLA-B*27 et HLA-B*57 sont également associés au risque de maladies auto-immunes qu’il convient de ne pas négliger.


Accèdez aux articles de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.