Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Lettre bimensuelle n° 63 (16-31 juillet 2011)


Format PDF

Combiner les outils de prévention

Bien que le nombre de nouvelles infections par le VIH a chuté de près d’un million entre 1996 et 2009, le nombre de personnes vivant avec le virus ne cesse d’augmenter. Alors que plus de 6 millions bénéficient des traitements antirétroviraux, 9 millions attendent encore de pouvoir recevoir ces médicaments coûteux. En absence d’un vaccin, seuls des outils de prévention pourront donc freiner la progression de la pandémie. On en connait différents aujourd’hui qui présentent chacun des effets partiellement protecteurs. On propose de tester leur combinaison pour les rendre plus efficaces.

On a développé différentes tactiques de prévention au cours de ces dernières années :
1- la circoncision réduit de près de 60 %  la transmission du virus à l’homme1.
2- un traitement avant l’exposition au virus réduit de 44% sa transmission chez les hommes homosexuels2.
3- un gel microbicide vaginal peut réduire de près 50% la transmission du virus à la femme, s’il est correctement utilisé3.
4- un vaccin combiné (RV144) testé sur 16 000 volontaires thaïlandais révèle un effet protecteur de 31%4.
5- un traitement précoce des patients séropositifs réduit le risque d’infection de leurs partenaires de 96%5.

Les chercheurs se sont cependant surtout intéressés à leurs actions séparées. Des approches combinatoires pourraient en effet être plus efficaces. Ainsi, les femmes partenaires des hommes circoncis pourraient utiliser le gel microbicide. De même, au sein de couples sérodiscordants6, le patient infecté pourrait suivre un traitement précoce et son partenaire pourrait soit utiliser un gel microbicide si c’est une femme, ou un traitement avant exposition si c’est un homme homosexuel.
Si les effets protecteurs du système immunitaire potentialisent ceux des traitements préventifs, les combinaisons avec un vaccin partiellement protecteur pourraient être prometteuses : par exemple, un traitement par microbicide avant l’exposition au virus permettrait de diminuer les risques d’infection avant que le vaccin n’ait pu produire ses effets.
Une des hypothèses des chercheurs est que le vaccin RV144 ne serait que partiellement protecteur car il serait sans effet chez les patients exposés à de trop importantes quantité de virus7. Dans ce cas, un traitement préventif complémentaire pourrait réduire la quantité de virus en dessous du seuil d’efficacité du vaccin. De plus, le vaccin pourrait être stimulé par les premières expositions au virus rendues moins pathogènes par le traitement complémentaire.

Les combinaisons d’outils de prévention pourraient ainsi les rendre plus performants pour freiner la prolifération du virus

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
AIDS. Turning the tide against HIV. Shattock RJ, Warren M, McCormack S, Hankins CA. Science. 2011 Jul 1;333(6038):42-3.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Références :

1 Voir lettre SIDABLOG n°19.
2 Voir lettre SIDABLOG n°47. Le traitement avant exposition n’apparait pas efficace pour protéger les femmes.
3 Voir lettre SIDABLOG n°42.
4 Voir lettre SIDABLOG d’actualité : un vaccin anti-VIH ? Restons prudents.
5 Voir lettre SIDABLOG n°58.
6 C'est-à-dire pour lesquels seul l’un des deux partenaires est séropositif.
7 Cette hypothèse est actuellement à l’étude. L’autre serait que les personnes vaccinées et infectées ont développé une réponse immunitaire plus faible que celles qui ont été protégées.


Accèdez aux articles de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.