Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Lettre bimensuelle n°54 (1-15 mars 2011)


Format PDF

Un vaccin filtrant

Les résultats de l’essai vaccinal STEP des laboratoires Merck, rendus publics il y a près de 5 ans, ont été incontestablement négatifs : paradoxalement, le vaccin stimulait bien les défenses immunitaires mais celles-ci apparaissaient inefficaces. Certains patients ont même été plus sensibles au VIH1. On sait aujourd’hui que ce vaccin, même s’il n’est pas protecteur, a néanmoins sélectionné les virus transmis.
L’essai STEP a en effet été réalisé sur 3000 personnes (Amérique du Nord, Australie,…) qui ont reçu un adénovirus (MRKAd5) exprimant les protéines Gag, Pol et Nef de VIH-1 de sous-type B, prédominant dans les pays d’origine des patients. Le but est de stimuler les cellules cytotoxiques capables de reconnaître et de détruire les cellules infectées.
Des chercheurs se sont alors demandés si cette réponse cytotoxique des lymphocytes T n’est pas suffisante pour empêcher l’infection, peut-elle cependant avoir un impact sur les souches virales ? Ils ont alors étudié 68 volontaires nouvellement infectés. Ainsi, ils ont comparé les séquences des souches VIH isolées des patients vaccinés et infectés avec celles des patients recevant le placebo, afin de déterminer si  l’immunisation par MRKAd5 influence la sélection des variants viraux.

selection-virus-par-vaccin-step

Ils ont alors montré que le vaccin MRKAd5 filtre la population virale : les virus infectant les patients vaccinés ont des compositions différentes du vaccin. De plus, les différences retrouvées entre les virus présents chez les patients traités infectés et les patients infectés recevant le placebo se situent sur des segments viraux présents sur le vaccin, c'est-à-dire au niveau des protéines virales Pol, Nef et Gag. Il est alors très étonnant que même si le vaccin manque d’efficacité clinique, il peut laisser une empreinte génétique sur la souche virale entraînant l’infection chez le sujet. Ils supposent aussi que la réponse amorcée par le vaccin entraîne un affaiblissement de la réponse naturelle, ce qui conduit alors à une accélération de l’échappement à la réponse antivirale.
Ces découvertes d’ « effet passoire » pour la sélection des virus suggèrent qu’on pourrait concevoir de nouvelles formes d’inserts pour des vaccins. En effet, selon ces résultats ils pourraient déclencher des mutations au niveau de régions connues du virus pouvant être associées avec le contrôle viral et éviter de créer prématurément la survenue de variants d’échappement. Et bien que les forces de sélection exercées par le vaccin MRKAd5 ne soient pas suffisantes, il peut servir de nouvelle référence pour évaluer l’impact de futurs vaccins.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Genetic impact of vaccination on breakthrough HIV-1 sequences from the STEP trial. Rolland M, Tovanabutra S, deCamp AC, Frahm N, Gilbert PB, Sanders-Buell E, Heath L, Magaret CA, Bose M, Bradfield A, O'Sullivan A, Crossler J, Jones T, Nau M, Wong K, Zhao H, Raugi DN, Sorensen S, Stoddard JN, Maust BS, Deng W, Hural J, Dubey S, Michael NL, Shiver J, Corey L, Li F, Self SG, Kim J, Buchbinder S, Casimiro DR, Robertson MN, Duerr A, McElrath MJ, McCutchan FE, Mullins JI. Nat Med. 2011 Mar;17(3):366-71.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Références :

1 Voir lettres SIDABLOG n° 21 et 28.


Accèdez aux articles de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.