Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Lettre bimensuelle n°50 (1-15 janvier 2011)


Format PDF

Un virus plein de ressources

Face à toute intrusion et en particulier de virus, l’organisme déclenche une réponse automatique appelée réponse immunitaire innée. Des molécules produites à cette occasion vont combattre l’intrus en stimulant la prolifération de cellules immunitaires et d’une manière plus directe, en stimulant la production de protéines, parmi lesquelles la Téthérine1.
Celle-ci va empêcher le bourgeonnement à l’extérieur de la cellule infectée des virus nouvellement formés. Ces virus ont à leur tour développé des moyens pour détourner cette action antivirale : pour VIH-1 et VIH-2, ce sont respectivement les protéines Vpu et Enveloppe qui bloquent la Téthérine. Concernant la plupart des virus de l’immunodéficience simienne (VIS), qui infectent les singes, il s’agit de Nef. On sait aujourd’hui que des VIS dépourvus de Nef développent de nouvelles armes pour contrer cette barrière antivirale.
D’une manière très schématique, la Téthérine peut être représentée comme une double agrafe ancrée dans la membrane cellulaire. Son activité antivirale présente la particularité de ne pas être portée par sa séquence mais par sa structure.

Structure générale et mode d’action de la Téthérine

Une récente étude a montré que la Téthérine formait un pont entre une particule virale et la membrane cellulaire ce qui conduit alors à l’absorption et la dégradation du virus. Cette protéine s’attaque à de nombreux virus. Ainsi, des VIS dépourvus de Nef (VIS-ΔNef) se multiplient faiblement chez les macaques. Cependant, on observe qu’une partie de ces animaux développe une charge virale modérée et progresse lentement vers le SIDA. Cette observation suggère que le virus s’est adapté en mutant pour contrecarrer une nouvelle fois l’action de la Téthérine.
Des chercheurs se sont alors intéressés à ce phénomène et ont étudié les variations génétiques de ces VIS-ΔNef après plusieurs cycles de multiplication dans des macaques rhésus. Ils ont montré alors que quelques mutations2 dans la partie intracellulaire de la protéine d’enveloppe transmembranaire (gp-41) permettent de restaurer cette résistance à la Téthérine. Ces virus VIS mutants (VIS-ΔNef-M) redeviennent alors pathogènes pour les macaques rhésus.
Ce résultat est en parfaite concordance avec ce que l’on observe naturellement avec le VIH-2. La protéine d’enveloppe virale peut contrer la Téthérine.
Ils ont donc montré que VIS-ΔNef-M permettait une augmentation de la réplication virale et sa virulence. Cependant, la mobilisation d’une protéine d’enveloppe virale pour contrecarrer la Téthérine pourrait affaiblir le virus. En effet, moins de protéines d’enveloppe seraient alors disponibles pour la constitution des particules virales.
Ces résultats montrent donc que la neutralisation de la Téthérine est essentielle à la survie du VIH.

mécanismes de résistance de la theterine de VIS

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Compensatory changes in the cytoplasmic tail of gp41 confer resistance to tetherin/BST-2 in a pathogenic nef-deleted SIV. Serra-Moreno R, Jia B, Breed M, Alvarez X, Evans DT. Cell Host Microbe. 2011 Jan 20;9(1):46-57.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Références :
1 Voir lettre SIDABLOG n°27.
2 La substitution de 5 acides aminés.

 

Accèdez aux articles de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.