Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Lettre bimensuelle n° 47 (16-30 novembre 2010)


Format PDF

Des médicaments pour prévenir ?

Malgré les progrès de la recherche sur le SIDA, on compte encore près 2,7 millions de nouvelles infections par an1. Les traitements antirétroviraux améliorent l’état de santé des patients et le risque de transmettre le virus aux partenaires non infectés. Ils réduisent également la transmission de la mère à l’enfant. Cependant, le VIH n’est jamais totalement éliminé de l’organisme. Aussi, un traitement très contraignant dont l’efficacité n’est pas assurée à 100% peut empêcher la contamination s’il on le commence dans les jours qui suivent une transmission par voie sexuelle éventuelle.
Une telle prise en charge des patients est souvent difficile dans la mesure où elle doit être rapide et que le statut sérologique du partenaire est rarement reconnu. Aussi, la prise de médicaments avant l’exposition au virus est envisagée pour prévenir l’infection.
Des chercheurs américains se sont intéressés aux effets possibles d’un traitement alliant deux antirétroviraux avant l’exposition au virus. L’efficacité des deux drogues a déjà été démontrée sur des souris et des singes : conjointement, elles améliorent la protection des animaux exposés au virus2. L’étude a été menée pendant un peu plus d’un an sur 2499 hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes3. La moitié a reçu les deux antirétroviraux (emtracitabine et tenofivir disoproxil fumarate : FTC-TDF). L’autre moitié a reçu un traitement placebo une fois par semaine. Ils ont alors montré que la combinaison des antirétroviraux permet de réduire de 44% le risque de contracter le VIH.
Cet effet protecteur, bien que significatif, n’est cependant pas aussi important qu’escompté. Il sera bien évidement nécessaire de réaliser cette étude sur une cohorte beaucoup plus grande afin de confirmer ces bienfaits et de définir les concentrations idéales des médicaments. De la même manière, des informations plus détaillées sur l’effet de ce traitement pourraient permettre une meilleure utilisation de la part des patients. Cependant, ces résultats sont très encourageants et montrent que la prophylaxie avant exposition doit être sérieusement envisagée et accessible à tous.

effet protecteur antiretroviraux avant exposition au virus

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Preexposure Chemoprophylaxis for HIV Prevention in Men Who Have Sex with Men. Grant RM, Lama JR, Anderson PL, McMahan V, Liu AY, Vargas L, Goicochea P, Casapía M, Guanira-Carranza JV, Ramirez-Cardich ME, Montoya-Herrera O, Fernández T, Veloso VG, Buchbinder SP, Chariyalertsak S, Schechter M, Bekker LG, Mayer KH, Kallás EG, Amico KR, Mulligan K, Bushman LR, Hance RJ, Ganoza C, Defechereux P, Postle B, Wang F, McConnell JJ, Zheng JH, Lee J, Rooney JF, Jaffe HS, Martinez AI, Burns DN, Glidden DV; the iPrEx Study Team. N Engl J Med. 2010 Nov 23.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Références :
1 En 2008 comme en 2007, 2,7 millions de personnes ont été nouvellement infectées (source ONUSIDA).
2 Antiretroviral pre-exposure prophylaxis prevents vaginal transmission of HIV-1 in humanized BLT mice. Denton PW, Estes JD, Sun Z, et al. PLoS Med 2008; 5(1):e16 ; Intermittent prophylaxis with oral Truvada protects macaques from rectal SHIV infection García-Lerma JG, Cong ME, Mitchell J, et al. Sci Transl Med 2010;2:14ra4.
3 Ainsi que des femmes transsexuelles ayant des rapports sexuels avec des hommes.


Accèdez aux articles de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.