Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Lettre bimensuelle n°38 (1-15 mai 2010)


Format PDF

Le VIH détourne les signaux de l’immunité à son avantage

Les cellules dendritiques jouent un double rôle vis-à-vis du VIH : car elles sont essentielles pour déclencher l’immunité antivirale. Elles sont aussi les premières cellules de l’organisme infectées après la transmission par voie sexuelle. Elles propageront ensuite le virus aux lymphocytes T CD4+. On sait aujourd’hui que pour se répliquer efficacement dans les cellules dendritiques, le VIH utilise certains récepteurs et leurs signaux nécessaires à la reconnaissance des agents pathogènes.
La réplication virale est un processus complexe qui utilise aussi des facteurs de la cellule infectée. A partir du génome viral intégré dans le génome cellulaire, des ARNs messagers apparaissent : certains contiennent toute l’information génétique du virus. C’est le résultat de la transcription, étape qui regroupe différentes phases (initiation, élongation, terminaison). Les ARNs messagers sont lus ensuite par la machinerie cellulaire qui produira tous les constituants (protéines d’enveloppe, enzymes ...) nécessaires à l’assemblage de nouveaux virus.
Les TLRs (Toll Like Receptors) sont des récepteurs capables de reconnaître des motifs spécifiques d’agents pathogènes et d’activer des signaux dans la cellule. Ils permettront la production de molécules impliquées dans la réponse immunitaire. Parmi les TLRs, on retrouve notamment les TLR8 qui reconnaissent les séquences de virus à ARN à simple brin comme le VIH.
DC-SIGN est un autre récepteur exprimé à la surface des cellules dendritiques qui reconnaît de nombreux motifs microbiens comme la protéine d’enveloppe du VIH, gp120. Cette reconnaissance va moduler certains signaux anti-VIH produits par les TLRs.
D’après l’étude menée par Geijtenbeek et ses collaborateurs, l’interaction de TLR8 et de l’ARN à simple brin viral entraîne la synthèse de NFkB, facteur cellulaire nécessaire au déclenchement de la transcription du génome viral, au cours de l’infection des cellules dendritiques par le VIH (voir figure). De même, la fixation de la gp120 sur DC-SIGN favorise la transcription, mais seulement durant la phase d’élongation. En effet, cette interaction active le facteur d’élongation pTEF-b via raf-1, ce qui aboutit à une production effective de nouveaux virus qui pourront être transmis aux lymphocytes T CD4+.
Le VIH transmis par voie sexuelle est donc capable de détourner, à son avantage, les premiers sites de reconnaissance des agents pathogènes et leurs signaux intracellulaires. Ces sites impliqués dans la réponse immunitaire constituent des cibles de choix pour de nouveaux traitements.

Le VIH utilise les signaux du système immunitaire pour se multiplier
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
HIV-1 exploits innate signaling by TLR8 and DC-SIGN for productive infection of dendritic cells. Gringhuis SI, van der Vlist M, van den Berg LM, den Dunnen J, Litjens M, Geijtenbeek TB. Nat Immunol. 2010 May;11(5):419-26.


Accèdez aux articles de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.