Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Lettre bimensuelle n°36 (1-15 avril 2010)


Format PDF

Un puzzle plus abouti.

On sait que le VIH détériore le système immunitaire. On connaissait plusieurs éléments qui participent à cette destruction mais leur lien restait énigmatique. On comprend mieux aujourd’hui cette séquence.
Pour lutter contre les infections virales, l’organisme attaqué a besoin d’un système immunitaire suffisamment puissant. Cependant, le VIH entraîne le dysfonctionnement, puis la dégradation du nombre de cellules T CD4+ et CD8+ aboutissant ainsi à leur destruction. Durant ce processus, de nombreux facteurs sont surexprimés chez les personnes infectées et associés aux effets délétères du VIH. On compte tout d’abord les éléments bactériens dans le sang des malades au cours de l’infection (voir lettre SIDABLOG n° 14). Ensuite on relève les cytokines pro-inflammatoires (TNFa, IL-1b, IL-6) que l’on sait favoriser l’infection et la maladie. On dénombre aussi la protéine PD-1, produite majoritairement par les monocytes, mais également exprimée à la surface  des lymphocytes T. Enfin intervient l’interleukine-10 (IL-10) produite en particulier par les monocytes et les macrophages.
A partir de ces constats, des chercheurs canadiens ont testé si ces éléments pouvaient être liés et complémentaires. Dans un premier temps, ils ont comparé l’expression de PD-1 à la surface des monocytes entre différents groupes (sujets infectés et non traités, sujets infectés sous traitement HAART et sujets sains). Ils ont relevé une augmentation de l’expression de cette molécule pendant l’infection. Des éléments bactériens ainsi que les cytokines pro-inflammatoires circulantes (TNFa, IL-1b, IL-6), très présents dans le sang des patients, semblent responsables de cette surexpression de PD-1.  Parallèlement, PD-L1, le ligand de PD-1, est également plus présent après l’infection.
Par la suite, ils ont observé que la surexpression de PD-1 entraîne une surproduction d’IL-10 par les monocytes. Cela a donc confirmé l’interrelation de ces deux molécules. Enfin, ils ont montré que les actions communes d’IL-10 (via l’interaction PD-1 / PD-L1) et de PD-1 permettent l’inhibition de la prolifération des lymphocytes T CD4+ et la production de cytokines par ces derniers (IL-2 et IFNg). Ces résultats ont été confirmés par des études in vivo sur des souris.
On comprend donc qu’in vitro les produits bactériens et les cytokines pro-inflammatoires stimulent la production de PD-1 puis d’IL-10, ce qui conduit au dysfonctionnement des lymphocytes T CD4+. Ainsi des stratégies thérapeutiques fondées sur le blocage des interactions entre PD-1 et son ligand PD-L1, ainsi qu’entre IL10 et son récepteur ILR10, pourraient être intéressantes pour rétablir les fonctions immunitaires chez les sujets infectés.

Séquence conduisant à altération du système immunitaire par le vih

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Programmed death-1–induced interleukin-10 production by monocytes impairs CD4+ T cell activation during HIV infection. Elias A Said, Franck P Dupuy, Lydie Trautmann, Yuwei Zhang, Yu Shi, Mohamed El-Far, Brenna J Hill, Alessandra Noto, Petronela Ancuta, Yoav Peretz, et al. Nature Medicine 16, 452-459 (7 March 2010).


Accèdez aux articles de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.