Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Revue d’articles scientifiques n°31 (16-31 janvier 2010)


Format PDF

Les antirétroviraux mauvais pour le cœur ?

Les antirétroviraux permettent aujourd’hui de ralentir ou de bloquer la multiplication du VIH et la progression du SIDA. Ils doivent être pris tout au long de la vie du patient mais engendrent souvent des effets secondaires, en particulier le risque de développer  des maladies cardiovasculaires. On connait de mieux en mieux les risques d’infarctus du myocarde associés à chaque famille d’antiviraux.
Même si ce risque semble diminuer depuis quelques années, des études ont relevé un risque important d’infarctus du myocarde parmi les patients sous thérapie antirétrovirale combinée. Ce risque reste très élevé chez les patients à qui on administre des inhibiteurs nucléosidiques (NRTIs) de la réverse transcriptase (RT) qui bloque la formation de l’ADN viral. Ce risque semble encore plus élevé chez ceux qui reçoivent des inhibiteurs de protéases (enzyme nécessaire à la formation des virus). En revanche il est faible chez ceux qui prennent des inhibiteurs non-nucléosidiques (NNRTIs) de la RT.
Des chercheurs ont décidé de mesurer précisément le risque d’infarctus afférent à chaque molécules parmi les inhibiteurs de protéase (PIs), les NRTIs et les NNRTIs. Ils ont collecté des données chez 33 000 patients en Europe, aux USA et en Australie.
Pour la classe PI, le médicament indinavir, et l’association lopinavir-ritonavir augmentent le risque d’infarctus, et cela d’autant plus que le traitement dure longtemps. Pour la classe des NRTIs on constate un risque élevé d’infarctus avec l’abacavir et la didanosine. En revanche, il ne semble pas dangereux pour le cœur de prendre le ténofovir, l’éfavirenz et la névirapine de la famille des NNRTIs.
On peut ainsi mieux anticiper les effets secondaires. Néanmoins, leur existence reste mal comprise : on ne sait précisément pourquoi certaines molécules antivirales ont de telles conséquences.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Risk of Myocardial Infarction in Patients with HIV Infection Exposed to Specific Individual Antiretroviral Drugs from the 3 Major Drug Classes: The Data Collection on Adverse Events of Anti-HIV Drugs (D:A:D) Study. Worm SW, Sabin C, Weber R, Reiss P, El-Sadr W, Dabis F, De Wit S, Law M, Monforte AD, Friis-Møller N, Kirk O, Fontas E, Weller I, Phillips A, Lundgren J. J Infect Dis. 2009 Dec 29.


Accèdez aux articles de la revue scientifique :

 

Accèdez à l'article de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.