Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Revue d’articles scientifiques n°29 (16-31 Décembre 2009)


Format PDF

Une adaptation du VIH pour se renforcer

Suite à sa transmission par voie sexuelle, le VIH doit atteindre les tissus lymphoïdes intestinaux où il se multiplie. Or, son transfert depuis la muqueuse sexuelle vers l’intestin est difficile. On comprend mieux aujourd’hui comment le virus s’est adapté pour rejoindre l’intestin et s’y reproduire.
En effet, l’intestin regroupe l’essentiel des lymphocytes. C’est grâce au récepteur intégrine a4b7 de certains lymphocytes que ces derniers migrent vers les organes lymphoïdes du tube digestif. C’est à ce niveau que la réplication du VIH est très intense dans les jours qui suivent la contamination. Des chercheurs ont justement montré une interaction entre  l’intégrine a4b7 et la glycoprotéine de surface du VIH. Ces mêmes chercheurs viennent de préciser ces interactions et leurs rôles dans les étapes précoces de l’infection.
Ils ont montré que les lymphocytes T CD4+ qui portent de fortes quantités d’intégrine a4b7 semblent plus aptes à une production virale importante. Cette population cellulaire est également riche en corécepteur CCR5 mais pauvre en corécepteur CXCR4. CCR5 est justement le corécepteur associé à un état activé de la cellule qui est utilisé par le virus lors de la primo-infection pour y rentrer.
Ils ont aussi montré que le récepteur CD4 et l’intégrine a4b7 sont naturellement joints à la surface de ces lymphocytes. Or, le récepteur CD4 est une des cibles favorites du virus. Et ces alliances semblent favoriser la multiplication du virus.
Ces chercheurs pensent que le VIH a acquis une affinité avec l’intégrine a4b7 . Ainsi, en infectant des lymphocytes au niveau des muqueuses sexuelles, le virus se trouve d’autant plus facilement transporté vers l’intestin que l’intégrine a4b7 permet aux lymphocytes de s’orienter vers lui. Or, non seulement le virus parasite ce transport naturel, mais il va infecter plus facilement les autres lymphocytes en profitant de leur forte concentration dans l’intestin. A ce niveau, les lymphocytes portent en effet les récepteurs les plus nombreux et les plus adaptés à la multiplication virale.
On comprend donc que l’infection par voie sexuelle, pourtant peu fréquente théoriquement, réussisse. La connaissance précise des étapes conduisant à l’établissement de l’infection apparaît essentielle au développement d’un nouveau vaccin capable de protéger l’organisme de l’infection aux premiers stades.

Adaptation du VIH pour la reconnaissance de l'intégrine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
The integrin a4b7 forms a complex with cell-surface CD4 and defines a T-cell subset that is highly susceptible to infection by HIV-1. Cicala C, Martinelli E, McNally JP, Goode DJ, Gopaul R, Hiatt J, Jelicic K, Kottilil S, Macleod K, O'Shea A, Patel N, Van Ryk D, Wei D, Pascuccio M, Yi L, McKinnon L, Izulla P, Kimani J, Kaul R, Fauci AS, Arthos J. Proc Natl Acad Sci USA. 2009 Nov 20.

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.