Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Revue d’articles scientifiques n°28 (1-15 Décembre 2009)


Format PDF

L’échec de la vaccination de 2007

En 2007, l’essai de vaccination STEP a été interrompu en raison de son inefficacité. Non seulement le vaccin n’a protégé personne mais il a facilité l’infection. Des chercheurs anglais apportent enfin une explication à ce paradoxe (voir lettre SIDABLOG n°21). Le vaccin aurait entraîné la prolifération de lymphocytes T CD4+ (LTCD4+), cibles du VIH, et favorisé leur migration vers les muqueuses intestinales, lieu privilégié de la réplication virale.
Le vaccin de l’essai STEP est composé d’adénovirus devenus inoffensifs: Ad5. Ces derniers permettent la surexpression de protéines du VIH afin de stimuler nos défenses contre une éventuelle attaque. Il s’agit, comme pour tout vaccin, d’informer le système immunitaire sur l’identité d’un agresseur éventuel. Mais pourquoi alors les personnes vaccinées ont-elles été fragilisées?
Sur une cohorte de 20 volontaires sains, ces chercheurs ont mesuré les taux d’anticorps contre l’Ad5, l’expression des cytokines, la capacité de prolifération des LTCD4+, leurs marqueurs de migration vers les muqueuses et leur vulnérabilité face au VIH.
Ils ont tout d’abord confirmé des observations précédentes en montrant qu’il n’existait aucune corrélation entre la présence d’anticorps contre l’Ad5 et la production de cytokines. Ainsi, l’activation de cellules immunitaires par l’adénovirus n’explique pas l’augmentation de l’infection.
En revanche, ils ont tout d’abord montré une forte corrélation entre la prolifération des LTCD4+ et le taux d’anticorps anti-Ad5 : les personnes munis d’anticorps contre l’Ad5 ont davantage de LTCD4+ activés. Ils ont aussi découvert que les LTCD4+ de ces personnes expriment plus de marqueurs cellulaires leur permettant de migrer vers les muqueuses de l’intestin. Enfin, ils ont montré que ces LTCD4+ sont plus vulnérables à l’infection par le VIH.
Pour les individus immunisés contre l’Ad5, cette vaccination entraîne la multiplication de LTCD4+ qui expriment des molécules les faisant migrer vers les muqueuses de l’intestin, site principal de transmission du VIH. Ces cellules stimulées sont aussi plus sensibles au VIH car elles expriment davantage un de ses récepteurs (CCR-5). Ceci expliquerait la vulnérabilité observée lors d’une telle vaccination chez les personnes au préalable porteuses de l’adénovirus.

comment anti-ad5 favorise l'infection par le VIH

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Adenovirus vector vaccination induces expansion of memory CD4 T cells with a mucosal homing phenotype that are readily susceptible to HIV-1. Benlahrech A, Harris J, Meiser A, Papagatsias T, Hornig J, Hayes P, Lieber A, Athanasopoulos T, Bachy V, Csomor E, Daniels R, Fisher K, Gotch F, Seymour L, Logan K, Barbagallo R, Klavinskis L, Dickson G, Patterson S. Proc Natl Acad Sci USA. 2009 Nov 24;106(47):19940-5.


Accèdez aux autres articles de la revue scientifique :


Accèdez à l'article de la lettre bimensuelle :

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.