Vulgarisation Scientifique des résultats de la recherche sur le SIDA / VIH

Revue d’articles scientifiques n°27 (16-30 Novembre 2009)


Format PDF

Une tactique du virus

On sait que le VIH infecte les cellules immunitaires de l’hôte afin de détourner la machinerie cellulaire à son profit. L’organisme a cependant développé de nombreuses molécules pour combattre cet envahisseur comme APOBEC3G. On comprend mieux aujourd’hui les mécanismes permettant au VIH de s’en débarrasser.
La protéine APOBEC3G joue un rôle majeur dans l’immunité innée antivirale (voir lettre SIDABLOG n°5). Elle bloque la réplication du virus en provoquant des mutations au sein du génome du VIH le rendant ainsi non infectieux. Cependant, ce dernier a réussi à détourner cette activité antivirale grâce à sa protéine Vif (viral infectivity factor). Elle se fixe sur APOBEC3G et permet à des molécules nommées ubiquitines de s’attacher dessus. Cela rend alors possible le transfert de ce complexe vers un compartiment cellulaire qui dégrade naturellement les protéines, le protéasome. Une fois de plus, un élément sain est détourné au profit du virus.
La formation de ce complexe ainsi que les zones d’interaction entre Vif et APOBEC3G sont bien connues. En revanche, les mécanismes expliquant l’ajout de ces molécules sont encore mal compris. Des chercheurs se sont alors penchés sur les zones d’APOBEC3G où se fixaient ces résidus ubiquitines. Pour ce faire, ils ont étudié 14 résidus lysines (acides aminés connus pour fixer les résidus ubiquitines) présents sur APOBEC3G. Seuls 4 d’entre eux sont essentiels pour la dégradation de cette protéine.
On s’est alors demandé s’il était possible de protéger APOBEC3G pour conserver son efficacité. La mutation artificielle de ces résidus lui a alors conféré une résistance et il n’est plus dégradé même s’il interagit toujours avec Vif. Pour cela, comme en l’absence de Vif, ce mutant a été incorporé dans les particules virales et rend les virions défectueux pour l’infection.
Ainsi le développement de molécules inhibant l’interaction entre Vif et APOBEC3G ou empêchant l’ubiquitynilation de cette dernière pourrait être un atout puissant.



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
HIV-1 Vif-mediated ubiquitination/degradation of APOBEC3G involves four critical lysine residues in its C-terminal domain. Iwatani Y, Chan DS, Liu L, Yoshii H, Shibata J, Yamamoto N, Levin JG, Gronenborn AM, Sugiura W. Proc Natl Acad Sci USA. 2009 Nov 3.

LETTRES SIDABLOG
 
Plan du site ׀ Mentions Légales ׀ Designed by Absysdesign.com ׀ Nos Partenaires ׀ Copyright Sidablog 2009.